Des prix bientôt négatifs pour le vieux papier ?

20-02-2018

Bruxelles, le 20 février 2018 – La Chine impose désormais des conditions d’importation strictes pour le vieux papier. Il ne peut plus contenir que 0,5 pour cent de pollution. Cette limite est trop stricte pour de nombreux Etats membres européens. Résultat : les débouchés et les prix du vieux papier s’effondrent, y compris pour le papier de bonne qualité. C’est un problème structurel, qui nécessite une action urgente de la part de l’Europe.

La Belgique produit chaque année 1,7 million de tonnes de vieux papier. Ce papier est de bonne qualité, grâce aux systèmes de collecte performants mis en place dans notre pays. Cela fait des années en effet que le papier et le carton sont collectés séparément, aussi bien auprès des entreprises que des ménages. Ce qui permet à notre papier de satisfaire aux sévères normes internationales.

La situation telle que nous la connaissons en Belgique n’est cependant pas la norme. Dans de nombreux pays européens dont la France, l’Angleterre et l’Irlande, le papier n’est pas collecté sélectivement, et est donc fortement pollué. Ce papier prenait d’ordinaire la direction de la Chine, qui importait chaque année quelque 28 millions de tonnes de vieux papier, la classant parmi les plus gros acheteurs au monde.

Mais la Chine ne veut plus de ce papier. A compter du 1er mars 2018, les autorités chinoises imposeront des conditions strictes, n’autorisant à entrer sur leur territoire que le papier contenant au maximum 0,5 pour cent de pollution. Cette condition va bien au-delà de la norme EN643, acceptée à l’échelle internationale, qui impose une pollution maximale de 1,5 pour cent.

Ces nouvelles restrictions chinoises à l’importation créent un déséquilibre sur le marché. A l’heure actuelle, le marché européen collecte 8 millions de tonnes de vieux papier en plus que ce que l’industrie européenne du papier peut utiliser.  Et maintenant que la Chine, qui importait encore 9 millions de tonnes de vieux papier en provenance d’Europe en 2017, réduit drastiquement les possibilités, les prix s’écroulent. Les usines de papeterie européennes,  qui avaient l’habitude d’acheter du papier de bonne qualité, se tournent désormais vers le papier britannique – non collecté sélectivement- qui leur est proposé à 0 euro. Insuffisant, donc, pour couvrir les coûts de la collecte et du traitement.

L’offre excédentaire actuelle a également de lourdes conséquences sur le papier de bonne qualité. Les entreprises belges, par exemple, doivent désormais s’estimer heureuses si elles reçoivent à peine la moitié du prix qu’elles recevaient auparavant pour leur papier.

« Sur le marché des matières premières, les fluctuations de prix sont légion. Les causes de l’effondrement actuel du prix du papier sont toutefois d’ordre structurel, et nécessitent également des mesures structurelles », précise Jan Vermoesen, directeur de COBEREC et au sein de Go4Circle asbl, les fédérations professionnelles représentant les recycleurs de vieux papier et carton en Belgique. Elles se prononcent en faveur d’une interdiction de collecte mixte à l’échelle européenne, et de l’augmentation des incitants à la collecte sélective. « Pour nous, une collecte entièrement sélective, telle que nous la connaissons en Belgique depuis des années, est une condition essentielle d’un recyclage de qualité, et est indispensable pour concrétiser la volonté européenne de tendre vers une économie circulaire. »

---

La COBEREC est la Confédération belge de la Récupération. Elle représente quelque 150 entreprises de droit privé actives dans la récupération de vieux métaux, papiers et carton, textiles et plastiques. Chaque année, ces entreprises produisent 4 millions de tonnes de nouveaux matériaux et assurent l’emploi de plus de 4000 personnes. www.coberec.be

L’asbl Go4Circle est la fédération professionnelle des entreprises de droit privé qui placent l’économie circulaire au cœur de leur fonctionnement. Elle représente quelque 220 sociétés actives dans la gestion des déchets et la production ou l’utilisation de nouveaux matériaux. Ensemble, ces entreprises emploient près de 8 000 personnes et génèrent un chiffre d’affaires annuel de 2,8 milliards d’euros. www.go4circle.be

---

 
Partager cet article
Deel dit bericht